Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 23:27

Gastaus-4.JPG

C'est à deux pas de l'église des Franciscains, aux murs chargés comme une pâtisserie sicilienne. Une petite rue comme devaient les emprunter les personnages désespérés des nouvelles de Schnitzler. (piquer une dernière fois le pavé luisant de la pointe de sa canne avant de se brûler la cervelle). La devanture interpelle immédiatement parce qu'on la trouve très belle, aussi plaisante qu'une invitation, avec écrit en gros sur fond vert le nom de ce petit restaurant d'une vingtaine de couverts qui n'en fait un peu qu'à sa tête puisqu'il ne lui déplaît pas d'afficher à sa carte des plats autrichiens exécutés avec beaucoup de finesse, comme des salades copieuses qui papillonnent d'un continent un l'autre, passant sans complexe des États-Unis à l'Italie avec un crochet par l'Asie. Quelques mots échangés avec le serveur nous apprend que la grande majorité des produits sont locaux et issus de l'agriculture raisonnée. Idem pour les viandes qui sollicitent les éleveurs les plus passionnés et responsables.

Gastaus 2

Je lisais ces mots sur la carte, «Kohlrabiecremesuppe» (3,80 €), dont je ne comprenais pas le sens (le chinois m'est plus familier), sinon qu'il s'agissait visiblement d'une soupe et cela me semblait sur le moment tout à fait approprié de me jeter à l'eau sans en savoir guère plus sur la composition de cette entrée. Une démarche que je ne regrettais pas puisqu'elle m'offrit l'occasion de déguster sans le savoir la fameuse soupe au choux blanc frisé Kale qui m'a laissé littéralement sans voix. Généreuse en ail et en céleri, enrichie d'herbes aromatiques, c'était une juxtaposition de saveurs inconnues de moi jusque là, rien de moins qu'un immense délice, un rêve de gourmand.

Gastaus 3

Je laissais là cette soupe qui commençait de creuser dans ma mémoire son petit chemin mémorable et enchaînais avec une salade fraîche et légère coiffée de tranches de blanc de dinde (9,40 €), un choix volontairement sobre et non spectaculaire dont rien ne m'avait laissé deviner ce «twist» asiatique qui consistait en huile de soja, coriandre et graines de sésame – une heureuse surprise qui poursuivait de me tenir en joie. C'était bien un nouveau délice au centre de cette assiette (légumes au meilleur de leur forme, salade au garde à vous, tomates juteuses et archi goûteuses, poivrons craquants) et la certitude que cette petite adresse pleine de charme est un excellent endroit ou dîner léger sans se ruiner.

 

 

Gasthaus Poschl

Weihburggasse, 17

Tel: 01 51 35288

Quartier de l'Innere Stadt

 

Partager cet article

Published by Foodinandout - dans Vienne
commenter cet article

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  •  Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens